L’Ecole de Santé Publique de Kinshasa a marqué par sa présence la Conférence Nationale sur le Repositionnement de la Planification familiale en République Démocratique du Congo, organisée du 3 au 5 décembre 2019 par le CTMP, à Kempinski Hotel de Kinshasa, sous le Haut patronage du Président de la République.  Un de ses cadres académiques, à l’occurrence le Professeur Thérèse Mambu a assuré la présidence du Comité scientifique de la dite Conférence et les productions scientifiques de l’ESPK ont été présentées dans 7 sessions satellites sur les 18 prévues. L’ESPK a surpris les participants lors de sa présentation du 5 décembre sur l’engagement de jeunes dans l’évaluation en faisant présenter un adolescent, Gradi Mbandu, du projet Bien Grandir.

Les titres des études présentées étaient notamment :

  1. Effets à une année de l’intervention Bien Grandir sur les normes de genre et la santé sexuelle et reproductive parmi les adolescents de Kimbanseke et Masina, à Kinshasa : Une étude quasi-expérimentale
  2. Engager les jeunes bénéficiaires dans le processus d’évaluation, au travers une évaluation participative conduite par les jeunes : Expérience de Bien Grandir à Kinshasa, République Démocratique du Congo
  3. Incidence et Déterminants du retrait précoce d’Implanon: Résultats d’une cohorte prospective dans trois Zones de Santé de Kinshasa, RDC
  4. La qualité est dans les yeux de l’Observateur: Mesurer le degré de discordance entre les indicateurs de qualité issue des observations cliniques et les entretiens des clients à la  sortie de consultation   
  5. Adéquation des services de PF aux besoins des adolescents: résultats d’une étude réalisée dans deux provinces en RDC
  6. Réglementation de l’organisation de la planification familiale en faveur des adolescents en RD Congo : gaps et leviers pour améliorer l’utilisation du service 

Cliquez ici pour voir les abstracts.