Mortalité maternelle

 
 enceinte

Avec une mortalité maternelle revue à la hausse lors de la dernière enquête MICS 2010, la RDC a besoin des stratégies innovantes. L’audit de décès maternel réalisé au niveau de structures de soins de santé maternel offrant les soins obstétricaux et néonataux de base ou d’urgence par les prestataires eux-mêmes et couplé à des formations ponctuelles sur base de résultats de ces audits semble être prometteur pour améliorer la maternité à moindre risque. D’habitude réalisé par le Médecin Chef de zone de santé, en cas de décès maternel, l’audit de décès maternel prend plus l’aspect d’une enquête que d’une stratégie visant à améliorer la qualité des soins et leurs résultats (issues) par une revue systématique des soins prodigués par rapport à des critères précis et en procédant à des changements. Il permet de  décrire et d’analyser les facteurs qui ont entraîné le décès d’une femme en commençant par le début de signes.

L’audit cherche uniquement à identifier les failles survenues dans le processus de la prise en charge qui s’est soldée par la mort, et non à servir de point de départ à des procès, à des sanctions administratives ou à des mises en cause. Il se réalise auprès du personnel de santé de l’établissement  concerné (sur place), et de ce fait, génère des informations localement pertinentes et immédiatement utilisables.

Une étude a été conduite au niveau d’une structure de soins universitaire, impliquée dans la formation de médecins en vue évaluer les connaissances, attitude et pratiques des prestataires en rapport avec l’audit de décès maternel et voir si la culture est transmise aux médecins en formation.

Trente prestataires dont 17 femmes, 15 Accoucheuses, 2 Infirmiers, 10 Médecins généralistes, et 3 Médecins spécialistes, œuvrant à différents niveaux de soins sélectionnés de manière raisonnée ont été interviewées.

Résultats

Plus de la moitié des prestataires ne connaissent pas l’audit des décès maternels et n’en ont jamais entendu parler. En conséquence,  très peu l’utilisent, l’ont déjà pratiqué et le transmettent aux autres prestataires en formation.

Cependant, beaucoup sont favorables à son application au niveau de structures de soins après partage de connaissance pour réduire la mortalité maternelle.

Recommandations

  • La stratégie de l’audit de décès maternel doit être étendue et vulgarisée de manière à être pratiquée par les prestataires de soins eux-mêmes en première intention ;
  • L’audit de décès maternel et sa pratique doit être promue au niveau de structures de formation de prestataires de soins, faculté de médecine, instituts supérieurs des techniques médicales et instituts de techniques médicales ;

Les structures de régulation et réglementation de soins de santé de reproduction doivent travailler de concert avec les structures de formations pour l’introduction de nouvelles stratégies et bonnes pratiques en promotion.

 
 
 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.