Recherche Multipays.

 

ran

Innovative community comprehensive multisectorial and scientific surveillance, contrôle and eradication of conflits and sexual violences project in north and south Kivu province / RD. Tel  est le titre du programme proposé par l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Kinshasa dans le cadre du programme Resilient  Africa Network(RAN).

La RAN est un partenariat entre les universités subsahariennes et américaines sous la coordination de Makerere University, Uganda. Il inclut aussi sous la direction de Tulane university, Stanford University, le centre for strategie and international studies (CSIS) et 4 laboratoires régionale d’innovation et violence, localisé au Ghana, Ethiopie, Uganda et en Afrique du sud.

Le RAN est financé et appuyé par l’USAID. Son objectif est de renforcer la résilience de populations et de systèmes en Afrique en multipliant la connaissance, les bourses et la créativités qui existent à travers le RAN en analysant les vulnérabilités, défiant les dimensions de résilience et en appliquant des solutions innovantes.

Le RAN est basé sur la croyance selon laquelle les professeurs, les étudiants, les chercheurs et les experts de développement travaillent ensemble peuvent définir et analyser les dimensions de résidence en utilisant a un ensemble des approches innovantes en appliquant les communautés locales.

Les interventions cibles peuvent ainsi être modelées et appliquer pour aider à construire la résilience. Le projet proposé par l’école de santé publique de Kinshasa, sous la coordination du Pr. MUNIANGA, vise à favoriser un moyen scientifique pour prendre en charge les problèmes de conflits et de violences sexuelles. De manière spécifique, il s’agit d’obtenir les résultats à long terme notamment la violence sexuelles, l’inférence et la généralisation des approche pour produire les conflits et violences  sexuelles futurs ; les approches innovatrices pour rapporter scientifiquement de journalisme de routine.

Le projet a d’abord porté sur une suivie de la littérature, puis à une recherche participative à laquelle toutes les facultés de l’université de Kinshasa et autres partenaires ont été impliqué.

Plus de détails sur le site de RAN